Accueil > Administration > Généralités sur le collège > F Truffaut

F Truffaut

F Truffaut est surtout réputé pour être parmi les initiateurs de la Nouvelle Vague, mouvement cinématographique de la nouvelle génération de critiques de cinéma

Né le 6 février 1932 à Paris sous le nom de François Lévy, d’un père dentiste à Belfort, mais reconnu par un architecte-décorateur, Roland Truffaut - qui lui donne son nom -, François Truffaut est un réalisateur, scénariste et acteur français, parmi les plus prestigieux. Il est surtout réputé pour être parmi les initiateurs de la Nouvelle Vague, mouvement cinématographique de la nouvelle génération de critiques de cinéma - issus de la mythique revue des Cahiers du Cinéma - dont nombreux sont devenus réalisateurs par la suite. François Truffaut est considéré comme une référence dans le cinéma français.

Passionné de lecture et de livres, enfant turbulent et pas très assidu, François Truffaut fréquente plus les cinémas et les maisons de redressement que les cours des écoles ; école qu’il quitte d’ailleurs dès 1946. Tout en assurant sa subsistance par de petits jobs, il fonde un ciné Club en 1947, Le Cercle Cinémane. Il rencontre André Bazin qui l’engage dans Travail et Culture, revue pour laquelle il écrira de nombreux articles dès 1950.

C’est toujours André Bazin qui volera à son secours quelques années plus tard, quand après s’être engagé dans l’Armée, il désertera et sera emprisonné. Il sera finalement réformé, et dès 1953, commencera réellement sa carrière de cinéaste à part entière. Il s’essaie alors à la critique cinématographique, écrit pour les Cahiers du Cinéma et collabore à d’autres revues comme la Parisienne.

En 1954, il réalise un premier court-métrage, en noir et blanc (muet, format 16mm), Une visite, puis devient assistant du réalisateur Roberto Rossellini en 1956. L’année suivante, il fonde sa maison de production Les Films du Carrosse, en référence au Carrosse d’or de Renoir.

Il réalise les Mistons, en 1957, et deux années plus tard, son chef-d’œuvre, Les Quatre cents coups, succès qui reçoit le grand Prix à Cannes et qui symbolisera le début de la fameuse Nouvelle Vague ainsi que la notoriété internationale pour François Truffaut.

Il signe, l’année suivante, le scénario d’un autre chef-d’œuvre de ce mouvement artistique, À bout de souffle (1960) de Jean-Luc Godard.

S’enchaînent ensuite de grands films, comme le fameux Jules et Jim (1962) avec Jeanne Moreau, ainsi que d’autres qui élèvent au rang de vedette l’acteur Jean-Pierre Léaud, découvert dans Les Quatre cents coups. Il apparaît ainsi dans Antoine et Colette en 1962, Baisers volés en 1968, Domicile conjugal en 1970 et L’Amour en fuite en 1979, où il campe à nouveau le personnage d’Antoine Doisnel des Quatre cents Coups.

Cinéaste talentueux et prolifique, il réalise également Fahrenheit 451 (1966) qui est une adaptation du roman de Ray Bradbury, La mariée était en noir (1968), d’après un roman policier de Cornell Woolrich - film noir où l’on sent une influence hitchcockienne - et La Nuit américaine qui reçoit l’Oscar du Meilleur Film Étranger en 1973.

En 1975, il met en scène Isabelle Adjani dans L’Histoire d’Adèle H, puis Nathalie Baye, Brigitte Fossey et Charles Denner dansL’Homme qui aimait les Femmes (1976). En 1980, deux monuments du cinéma français, Catherine Deneuve et Gérard Depardieu, se partagent l’affiche du film Le Dernier Métro ; œuvre qui recevra une pluie de récompenses à la cérémonie des César.

Bien que ne se considérant pas lui-même comme un acteur, il jouera quelques rôles dans certains de ses films, notamment dans La Chambre Verte en 1978, et La Nuit Américaine et marquera une présence dans les Rencontres du Troisième Type de Steven Spielberg, en 1977.

Ayant une réputation d’« homme qui aimait les femmes », François Truffaut se marie en 1957 avec Madeleine Morgenstern, avec laquelle il aura deux filles. Un divorce et onze années plus tard, il s’éprend de Claude Jade - héroïne de Baisers Volés et Domicile Conjugal - et désire l’épouser, mais se rétractera au dernier moment. Il tombe finalement amoureux de Fanny Ardant qu’il fera jouer dans Vivement dimanche ! et La Femme d’à côté. Ensemble, ils auront une fille, Joséphine, en 1983.

Il s’éteint en 1984 à l’Hôpital de Neuilly-sur-Seine.

Texte emprunté à premiere


Un événement terminé

À retrouver dans l'agenda


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Collège François Truffaut (académie de Versailles)
Directeur de publication : M. Gille